Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
resistanceetamour

Ceci est le blog d'un animateur, vacataire en bibliothèque. Je suis révolté contre les injustices de notre société. Nietzschéen, je fais partie d'une grande aventure humaine: La France Insoumise

Historiographie du religieux.

Publié le 28 Avril 2012 par resistanceetamour in histoire

Historiographie du religieux.

 

INTRO.

Elle ne peut apparaitre que quand la religion disparait, quand il y a perte de son objet. Elle survient lors du schisme religieux entre protestants et catholiques. L’histoire religieuse est là pour permettre de montrer la nullité de l’autre religion. Jusqu’au 20éme, avant 1960, elle va être faite par les religieux, c’est par la suite qu’elle va être récupérée. Changement d’objet aussi permet de passer d’une histoire des doctrines à une histoire des fidèles.
Mise en forme religieuse de contenus non religieux. Le religieux qui était peu étudié refait surface.

I.                    Controverses et histoire religieuse.

Cette histoire que lors du schisme lorsque Luther puis Calvin vont faire sécession. Pas de besoin, histoire militante. La vérité est dans le passé et l’Antiquité. On va pour montrer qu’une religion est la meilleure qu’elle se rapproche du mode de vie des apôtres.
L’objectif est pour les protestants est de montrer le fossé entre l’antiquité et Rome.
Philipe Melanchthon (1530), protestant, montre les inventions de l’église catholique. Le célibat des prêtres à été inventé 5 ans après les apôtres. Prêtres : dérivé de presbyteros (grec) qui veut en fait en réalité dire ancien, il n’y a pas de prêtres chez les réformés..

Dans la bible, pas de communion sous une seule espèce. Le prête a droit au sang du christ (le vin) contrairement au peuple qui dans l’église catholique n’a le droit qu’au corps. Protestants donnent comme apôtres dans la communion vin et pain. Melanchton, pour prouver que les protestant existaient avant le 15éme siècle écrit : catalogus testium veritatis, tout ceux qui ce sont au nom de la foi opposés au catholiques. Militantisme mais progression de la science.
Aide de la paléographie, de la diplomatique (faux document au Vatican or faux=diable). Naissance de la note de bas de page (avant en marge), livre Anthony Grafter, pour prouver la vérité.

Centuries de Magdebourg : recense tous les faits religieux advenus depuis la naissance du christ, invention du purgatoire (J. Le Golf) au 13éme. Système des indulgences, on fait payer : cupidité.
Réponse des cathos : Annales écclésiastiques. 1585-1607 par Baronius. (1128 ?) Dieu est de tout temps d’accord avec eux car il fait des miracles seulement en terres sainte. Ils soulignent qu’il n’y a pas de miracles chez les autres religions ce qui démontre pour eux que Dieu n’est d’accord qu’avec eux.

1657. Atlas Marianus de W. GUMPPENBERG, jésuite, qui recense toutes les apparitions de marie chez cathos.
Histoire religieuse à perspective guerrière qui dure longtemps.

II. Le tournant moderniste fin XIX début XX.

Transformation lente, fin du 20éme naissent les sciences religieuses qui naissent dans une perspective de l’Etat contre l’église, de laïcisation, mais menée par les protestants contre les cathos.

Lutte de l’église contre Ferry.
1885 suppressions des facultés de théologies. Mais on continue à étudier les religions pour lutter contre le cléricalisme.

1886 « Sciences religieuses » école pratique haute études, encore arme militante.

1889 : Revue d’histoire des religions (attaque implicite contre le catholicisme qui prétend être la seule).

Sciences religieuses dans une optique  protestantes qui ont aidés a crée 3éme république. On continue à attaquer le catholicisme en se servant des nouvelles institutions.
Albert Réville pasteur, au nom de la république crée la 1ére chaire d’histoire religieuse d’histoire comparée des religions qui va mêler le progrès de l’histoire religieuse avec les attaques contre le catholicisme tout en le faisant au nom d’un militantisme républicain pour cacher le militantisme religieux.
1880 : prolégomènes ou l’histoire des religions, publié par Reville.

Les hommes qui développent l’historiographie développent un pro-protestantisme : inconsciemment Weber le fait aussi dans ETHIQUE PROTENSTANTE ET ESPRIT DU CAPITALISME.

Les protestants sont les pionniers de la mondialisation.

Catholicisme religion des œuvres, il faut faire des choses pour se sauver. Pour les protestants, il y a prédécision, pas besoin de perdre du temps à faire des processions. Gain de temps précieux. Lien fort entre protestantisme, arrêt des gestes et modernisation des sociétés. C’est plus rassurant.

Evolution de l’historiographie.

Jusqu’en1950, histoire religieuse minoritaire. Change à partir de cette date dans une optique moins militante.

Les autres réponses.

  • Naissance du protestantisme ?

1950-1970 : prédominance du marxisme dans les sciences humaines.

La société détermine la religion. Infrastructure domine la superstructure. Si on veut comprendre pourquoi la société change il faut étudier la première. Importance d’un modèle économique qui influence un modèle de pensée.

F. Engels : la guerre des paysans (1850). 1525 révolte des paysans et création du Luthérisme. Augmentation de chasse à l’or et stabilisation voire paupérisation des paysans et du coup augmentation du protestantisme. Pourquoi ? Pas de chefs chez les protestants. Protestantisme, religion des pauvres apporte ce qu’ils demandent, de l’égalité.

G. Rebeyne (pas marxiste mais influencé par marxisme), 1529. Si les ouvriers lyonnais sont devenus protestants, c’est parceque faute de pouvoir être égaux avec leur patron veulent au moins être égaux avec dieu.

Heinrich Hauser 1820 Etudes sur la réforme française.

Perspective inverse à MAX WEBBER.

A partir des années 70 : Pierre Chaunu (royaliste).
Qui est protestant en Normandie ? Nobles, artisans qualifiés, écclésisiastique, médecins et pharmaciens, Juristes et officiers.

Accepté depuis. Ce ne sont pas les pauvres qui sont passés au protestantisme.

Objectif (réussi) de chaunu « supprimer » le marxisme.

Bourdieu, réforme du marxisme historique.
 La distinction 1979.
La reproduction des héritiers.

Influence du capital culturel comme moteur de l’histoire.

Les protestants sont plus cultivés que les catholiques.

F. Le Roy ladurie Paysans de Languedoc en 1966 va comparer deux groupes similaires car au même niveau économique de richesse.
Paysans de Narbonne 98% cathos 75 % font une croix. Artisans de Montpellier 80% protestants 10% font une croix.

Pourquoi ? Sont-ils lettrés ? Il va étudier registres de notaires et chercher et compter des signatures.

Pourquoi ? Sacerdoce universel, il faut savoir lire pour être protestant et être son propre pasteur, littérature permet à chacun d’être son propre curé. « La terre nie farouchement l’écriture ».

Luther et Calvin ont put diffuser leur idées grâce à l’imprimerie.

Vignerons ne passent pas au protestantisme car rapport sacré au vin dans religion catholique, gens de mers ne passent pas au protestantisme à cause des disparitions en mer.

Exception des cévenols. R.Sauzet. structures démographique différente : éloignement des villes et du curé (habitats éclatés).

A des phénomènes religieux on avait toujours avancé des causes non religieuses, ce qui ne se fait plus  maintenant.

Pas forcément besoin de passer par l’économie. Denis Crouzet. La Guerriers de Dieu à la fin du XVéme.

Causes religieuse : à la fin du XVème la religion est liée à l’angoisse, la « fin du temps » (Nostradamus) est proche selon les fidèles  qui ont peur pour leur salut. Urgent de se purifier pour être sauvé. Fin du XVéme siècle ressemble à l’épisode de l’apocalypse. Français = démons en Italie, du coup on pense que la fin des temps est proche. Or l’église doit conduire les fidèles au salut.

conclusion:

Dévelloppement du prostestantisme car religion du désangoissement, il n’y a plus rien à faire, car chez Calvin, Dieu a déjà décidé. C’est plus la réussite qui signifie si le protestant est sauvé ou pas.

Mais, partiel...

M.vovelle a déclaré que l’historiographie est passée de la cave au grenier, dommage.

Commenter cet article

AlanShore4 18/05/2012 17:17

Que veut dire "religion" ? L'étymologie de ce terme vient du latin "religare" qui signifie "relier". La finalité de la religion est donc de relier les hommes. Peu importe ce qui les relie à la
condition que la conviction soit forte et entraine une dynamique de groupe.

"Dieu" n'est qu'un épiphénomène des religions puisque les questions sans réponse ont toujours fascinés l'humanité. On ne peut croire ou ne pas croire en "Dieu" que si l'on définit le terme. La
Science n'a jamais rien fait autre chose que de tenter d'apporter une définition rationnelle de "Dieu". En fait, plus la somme des savoirs de l'humanité augmente, plus la somme de ses ignorances
augmente d'autant.

Bref, tout est religion, puisque toute pensée humaine entraine la conviction. La seule pensée qui s'est libérée de la conviction, c'est la libre-pensée puisque pour tout libre-penseur la question
sera toujours plus complète que la réponse qui n'est jamais que contextuelle. Le doute est libérateur, alors que la certitude enferme.

Il est étonnant que les progrès techniques de l'humanité sont incommensurables, alors que la simple relation humaine en est toujours dans sa préhistoire.