Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
resistanceetamour

Ceci est le blog d'un animateur, vacataire en bibliothèque. Je suis révolté contre les injustices de notre société. Nietzschéen, je fais partie d'une grande aventure humaine: La France Insoumise

Dialogue presque imaginaire entre A et B.

Publié le 26 Février 2014 par resistanceetamour

Dimanche dernier, le blogueur de Résistance et Amour (moi) se promenait à la calanque de Marseilleveyre quand tout à coup il s’aperçut qu’il n’y avait aucun endroit pour déposer les détritus, voici ce qu’il avait sous les yeux :

Dialogue presque imaginaire entre A et B.
Dialogue presque imaginaire entre A et B.
Dialogue presque imaginaire entre A et B.

Suite à ce désastreux spectacle je me suis dit : qui est le responsable ?

Cette question m’a inspiré la discussion qui suit entre Didier Réault président du parc, que nous appellerons B, et Eugène Caselli président de la communauté urbaine, que nous appellerons A, ce qui n’est pas du tout un clin d’œil au Supplément au voyage de Bougainville, ou Dialogue entre A et B. cette discussion est aussi faite pour donner du temps de parole à la droite et au PS, qui en manquent cruellement sur ce blog. Le CSA m’a d’ailleurs mis en demeure d’équilibrer (non détendez-vous je déconne).

A : Bonjour A.

B : Salut B.

A : Le vrauchiste de Résistance et Amour m’a dit dans une lettre que le parc était sale, il m’a bien emmerdé.

B : C’est un sale bolchevique de merde, on ne peut pas lui faire confiance.
A : Je sais bien que c’est un bolchevique mais ce n’est pas la question, regarde les photos qu’il m’a envoyées.

B : C’est faux, c’est un manipulateur, d’ailleurs il dit lui-même qu’il dit des contre-vérités face à notre vérité révélée. Il a truqué les photos comme ils ont truqué le nombre de feux rouges lors de la manif contre la TVA. D’ailleurs on voit son ombre sur l’une des photos.
A : Ecoute, arrête de détourner la conversation. Tu sais comme moi qu’il y a un problème et là les élections municipales arrivent, tu pourrais quand même faire un effort. D’habitude quand les élections arrivent, on fait en sorte que la ville soit propre.

B : Mais ça écoute, c’est de la faute de la dictature socialiste. La plage de la calanque de Marseilleveyre est un espace public du domaine maritime de l’Etat.

A : Arrête, il en délègue la gestion au parc qui est chargé de l’entretien des espaces naturels, tu es donc, en tant que président du parc, responsable de la situation.

B : Oui mais la communauté urbaine a la propreté des espaces publics dans sa compétence, la plage est un espace public, donc en tant que président de la communauté urbaine, c’est toi le responsable.

A : Non c’est toi d’ailleurs, il y a quatre ans vous avez choisi de supprimer les poubelles dans les calanques…
B (le coupant): Le remède était pire que le mal !

A : Les déchets sont là, regarde les photos !

B : Les visiteurs ont été priés de remporter leurs déchets et une société a été chargée de ramasser les résidus, avec l'aide de cantonniers, se déplaçant à pied ou en bateau. La création du parc national des calanques a permis de doubler les effectifs des personnels affectés à la préservation des calanques. Ce milicien collectiviste est malhonnête.

A (grand soupir) : oui je sais.

B (énervé): en plus j’ai autre chose à foutre moi, je dois jeter des cocktails Molotov sur les Roms.

Dialogue presque imaginaire entre A et B.

A : oui Masse l’a dit, ils n’ont pas le même mode de vie que nous, ils ne méritent pas de vivre. Comme le dit Samia, nous n’accepterons aucun squat sauvage de Roms.

B : manifestons ensemble.
A : faisons l’amour

(Ils sortent puis on entend des ébats amoureux)

La saleté de la plage des calanques est-elle la faute des Roms ? Pourtant ceux que j’ai vu dans cette calanque sont Français, et y avait même des blancs. Mais ça doit être parce que je suis un violent communiste islamiste franc maçon qui, à ses heures perdues, mange des enfants. A vous désormais de confirmer ou de contredire mes dires (les commentaires sont là pour ça).

Commenter cet article