Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
resistanceetamour

Ceci est le blog d'un animateur, vacataire en bibliothèque. Je suis révolté contre les injustices de notre société. Nietzschéen, je fais partie d'une grande aventure humaine: La France Insoumise

Les "putes" s'opposent aux 343 salopards

Publié le 4 Novembre 2013 par resistanceetamour

billet co-jointement écrit par @bricelacoste et @cathyhope2

J’ai décidé de répondre aux « 343 salauds » ou plutôt aux 343 imbéciles qui ont signé un texte commun sous l’impulsion de F Beigbeder. Ce texte paru dans Causeur est contre le projet de loi visant à abolir la prostitution, en abrogeant le délit de racolage public et en sanctionnant les clients par une contravention Ces 343 salopards, (tiens au fait lecteur, lectrice, tu peux consulter la liste et leur envoyer un mot « doux » grâce au lien précédent) croyant imiter des femmes courageuses alors qu’ils n’ont rien de courageux puisque contrairement à celles-ci, qui avaient signé le manifeste des 343 salopes pour obtenir la légalisation de l’IVG, ils ne risquent rien. Ces imbéciles se sont d’ailleurs vu répondre très justement par le Syndicat du Travail Sexuel (STRASS) : « Nous ne sommes pas vos putes ».

Ces signataires ont une vision rétrograde de la société qui est insupportable. Certains d’entre eux ont dû entendre, tout le temps qu’a duré leur virginité, leur père, frère, oncle ou je ne sais qui, leur proposer d’aller « aux putes » pour soi-disant « faire leur éducation » ou « surmonter leur timidité ». Ses hommes là envisagent le sexe et les rapports sexuels comme des exercices dans lesquels l’homme doit briller, jouir et prouver ainsi sa virilité, son pouvoir. Donc, la première fois avec une prostituée relève de « l’apprentissage technique ». Vous qui pensez peut-être que pour faire l’amour il faut trouver la bonne personne, même la première fois, vous ne faites pas partie de ces salopards là et c’est tout à votre honneur.

Et si comme moi, tu es contre le capitalisme, tu ne peux pas penser à « aller aux putes » car même si le Strass explique, à juste titre, que les prostituées ne vendent pas leur corps, il s’agit néanmoins d’une marchandisation. Même s’il t’arrive, comme à moi, d’être obligé de faire parfois des entorses à tes principes, quand tu peux les respecter, tu le fais. Donc pour tout le monde, si vous faites partie d’une de ces familles qui considère l’utilisation de la prostitution comme obligée, voire symbolique dans l’apprentissage sexuel, maintenant vous saurez quoi répondre.

Une fois cela écrit et que je me suis bien démarqué de ces imbéciles, je précise néanmoins que pour moi, l’abolition est une fausse bonne idée pour des raisons bien différentes et proches de celles du Strass. Je ne pense pas que pénaliser les clients améliorera en quoi que ce soit la condition des travailleuses du sexe, ni que cela permettra d’en finir avec la prostitution. Cette loi comporte un vrai risque : aboutir au retour des maisons closes. Je m’explique, si vous pénalisez les clients alors les maquereaux, qui veulent gagner de l’argent, vont cacher les prostituées. Ainsi les clients les retrouveront dans les maisons closes pour avoir moins de risque de se faire prendre et donc ces femmes seront encore plus isolées et exploitées (la secrétaire générale du STRASS Morgane Merteuil explique mieux que moi pourquoi cela serait catastrophique). Il est évident que cette mesure va aboutir à ça, il suffit de réfléchir deux minutes. Un des effets de cette loi serait également de forcer les prostituées à plus de clandestinité. Que faut-il faire alors ? Pour moi il ne s’agit pas de totalement supprimer la prostitution puisque certaines femmes, représentées par le Strass font librement ce métier. Peut-être sont-elles minoritaires, il faut donc faire en sorte que plus personne ne soit obligé de le faire. Comment ? En luttant efficacement contre les maquereaux, en faisant des lois répressives contre les clients violents ou violeurs, en appliquant le droit commun, et enfin en répartissant les richesses (si, si je vous jure que s’il y a moins de pauvreté, il y aura moins de prostitution). Une fois que cela est posé vous pourriez me répondre que je fais du « y a qu’a faut qu’on » ce à quoi je répondrai que c’est vous qui en faites et cela rendra le débat stérile.

Commenter cet article

emma 16/11/2013 19:35

entièrement d'accord Surtout lorsqu'on sait que nombre de jeunes filles des pays de l'est sont prostituées contre leur gré