Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
resistanceetamour

Ceci est le blog d'un animateur, vacataire en bibliothèque. Je suis révolté contre les injustices de notre société. Nietzschéen, je fais partie d'une grande aventure humaine: La France Insoumise

La situation politique post-primaires à Marseille.

Publié le 23 Octobre 2013 par resistanceetamour

J'imagine que vous pensiez qu'après les primaires PS à Marseille on allait y voir plus clair et qu'on aurait au moins quelques réponses sur la situation politique. Erreur grave! La situation politique est encore plus confuse qu'avant.

On sait au moins qui est le candidat du PS ? me diriez-vous.

Certes, certes, mais bon avouez que ce n'est pas la question primordiale. On ne sait toujours pas combien de listes PS on va avoir au premier tour des municipales en 2014. Une seule liste va prendre ce nom mais il pourrait bien y avoir une liste PRG (parti des radis de gauche rouges à l’extérieur, blancs à l’intérieur et toujours près de l'assiette au beurre, des gens qui ne manquent pas de sel) rassemblant une bonne partie des PS qui ont perdu dans cette primaire. Patrick Mennucci étant élu au second tour, il va en profiter pour tuer le clan Guérini (ce qui est une bonne nouvelle) dans le secteur réunissant 2éme et 3éme arrondissements en y nommant Caselli (qui aura aussi un poste de sénateur). Ce qui veut dire que la maire actuelle du 2/3 Lisette Narducci, vassale de Jean-Noël Guérini, qui veut rester maire de secteur va partir en dissidence (enfin disons du moins que ce serait très étonnant qu'elle ne le fasse pas, elle n'a rien à y perdre).

Le second gros problème c'est dans les 13éme et 14éme arrondissements. Apparemment il y a eu un deal entre Christophe Masse et Patrick Mennucci pour que le premier soit le candidat pour la mairie de secteur, ce qui lui permettrait de se positionner en vue d'éventuelles législatives partielles. Du coup comme Garo Hovsépian s'estime légitime, on peut imaginer que s'il n'est pas désigné candidat il va lui aussi partir en dissidence. Bon, le véritable problème dans ce cas, c'est que les deux impétrants sont tous les deux anti-Roms.

Enfin vient cette chère Samia Ghali qui pourrait elle aussi partir au PRG. Bon là ça m'étonnerait un peu plus, elle a beaucoup plus à y perdre : un poste de sénatrice comme le montre les conditions plutôt consensuelles qu’elle demande pour faire un accord (merci Marsactu). D'ailleurs on a pu le voir le 20 octobre où il a fallu insister pour qu'elle concède à montrer une faible image de rassemblement. Je ne sais pas vous mais j'imagine bien un coup de fil du cabinet de la présidence de la république (non ce n'est pas François Hollande, il a mieux à faire que de passer un coup de fil à une opportuniste). Pierre-René LEMAS: "Oui, allo, madame Ghali? Le président vous fait dire que si vous ne respectez pas votre promesse vous en tirerez toutes les conséquences". Evidemment pas besoin d’expliquer les conséquence pour les gens de pouvoir, il comprennent tout de suite. En gros ça veut dire: "tu ne vas plus être sénatrice en 2014 et on va présenter un candidat contre toi à la mairie de secteur". Une chose est sûre, cette primaire va laisser des traces : une candidate a réussi à gagner 4893 voix de plus qu'au 1er tour (5151) avec un discours de victimisation mensonger que n'aurait pas renié le Front National. Un discours comme quoi elle aurait été seule face à "six personnes" (SIC - oui, apparemment Samia considère le gouvernement comme une personne). Certes, on l'a vu plus haut, même Masse a dealé (il a probablement dealé avec les deux puisqu'il a appelé au "libre choix"), mais dire qu'elle était seule lors de ce second tour était largement exagéré. Beaucoup de soutiens de Masse et de Caselli l'ont rejointe entre les deux tours comme Jean-Paul Bramanti. Un ami qui travaille à la mairie, dont je tairais le nom, m'a d'ailleurs dit que si Masse n'a pas soutenu Samia Ghali c'est pour probablement pour deux raisons: "1. elle voulait donner la mairie du 13/14 à Garo 2. soutenir Samia n'aurait pas plu à Château-Gombert (où ça vote beaucoup FN) fief actuel de Masse, hérité de son papa, depuis qu’il a perdu le canton Trois Lucs et sa députation. Elle a gagné le 13éme et le 14éme arrondissement grâce à l'aide de Sylvie Andrieux et de Garo Hovsépian, le 15/16 où elle a "ses réseaux" et enfin le 2/3 où elle a gagné beaucoup de voix (grâce à Guérini) comme le montre l'infographie ci-dessous.

La situation politique post-primaires à Marseille.

Created with Datawrapper Source: Parti socialiste Get the data

Lecture du graphique. Dans le 9e (en rouge) : Mennucci a gagné 523 voix de plus que Ghali dans l'entre-deux tours. Dans le 2e (en bleu) c'est la sénatrice-maire qui a pris l'avantage de 170 voix.

Il y a bien sûr, le discours de Samia Ghali disant à ses électeurs qu’ils sont des Marseillais et des vrais électeurs (contrairement à ceux de Patrick Mennucci qu’elle considère donc comme des « Parisiens » et des faux électeurs). Celle qui se prétend la candidate du peeeeeuple (qui habite au Roucas Blanc) ne reconnait même pas la défaite que le peeeeeuple lui a infligée.

Chez Gaudin les apparences sont trompeuses. Certains membres du modem refusent de partir avec lui comme le demande Bayrou mais surtout l’un de ses conseillers municipaux Robert Assante, maire des 11éme et 12éme arrondissements, qui veut garder sa mairie alors que Gaudin veut y mettre Valérie Boyer, a cassé avec lui et comme c’est un UDI, comme Bourdouleix, il pourrait partir avec le FN.

Pendant ce temps, chez les Verts, un « collectif » le sursaut s’est formé, c'est certes logique avec ce qui s'est passé à EELV et Barles répète à tous ceux qui veulent l’entendre « qu’il y a plus de chances d’avoir une liste « le sursaut » qu’une liste EELV ». Evidemment le fait que certains au Front de Gauche sont de ce collectif est une bonne nouvelle, il faut suivre comment tout cela va évoluer.

Commenter cet article